Ce que j’attends des stagiaires en formation : les “4P” !

Formation

Dans un stage ou une formation, le cadre que pose l’animateur dès les premières minutes d’accueil et d’introduction est souvent décisif pour l’ambiance à venir.
Selon un biais mis en avant par la psychologie cognitive, en effet, c’est l’information reçue en premier qui déterminerait l’impression que l’on a d’autrui, plus que l’information reçue ensuite : c’est l’effet de Primauté, qui est valable aussi pour l’efficacité de la mémoire.
Je me suis donc demandée comment donner aux stagiaires que j’accompagne une grille de lecture simple et rapide de mes attentes vis-à-vis d’eux? Des repères clairs et faciles à retenir pour aborder le cours avec l’état d’esprit le plus propice à l’apprentissage?
La réponse, mnémotechnique, a surgi de mes souvenirs Marketing : les 4P !

Le Marketing a ses lettres majuscules : 4 piliers quasi-bibliques, qui, depuis les années 60, structurent les rapports et monographies de promotions entières d’élèves en Ecole de Commerce, et se transforment en stratégies dans les Comités de Direction des entreprises de toutes tailles. Autant dire qu’en quasiment 20 ans d’études et d’expériences professionnelles en Marketing et Communication, la répétitive résonnance (Product, Price, Promotion, Place, pour les nommer dans leur langue d’origine) a rythmé mes présentations, et son efficacité redoutable a marqué mon esprit.

C’est donc sur ce modèle dit « des 4P » que j’ai décliné la liste des éléments qui me semblent importants lorsqu’on aborde une formation. Mix d’attitudes et de comportements, les « 4P du stagiaire » sont maintenant présentés au début de chacun de mes cours, qu’il soit d’hypnose, de Communication ou de Management.

 PLANTAGE : aussi évident que cela puisse paraître, on ne vient pas en formation pour y apprendre ce que l’on sait déjà. Même dans les cas où il s’agit d’un module que l’on a déjà suivi, si l’on y revient, c’est généralement pour le revisiter avec un œil neuf, ou y puiser des apprentissages plus poussés. Comment expliquer, alors, l’attitude fréquente qui consiste à  « se mettre la pression », à vouloir faire du premier coup des exercices parfaits, ou à ne pas répondre à une question par crainte de donner une réponse erronée ? *

Une formation, c’est un lieu où l’on se plante – c’est même LE moment pour ça, puisque les conséquences y sont plutôt minimes… Dans une formation sur la prise de parole en public, par exemple, mieux vaut avoir bafouillé et rougi pendant la formation, et compris où sont les axes à améliorer, plutôt que de rester en zone de confort pendant le stage mais de se retrouver face à ses limites lors du premier séminaire devant un auditoire !

WITL

Amatrice de course à pied, je cite souvent la phrase de Josef Ajram (ultrarunner de Barcelone) : « I don’t know where the limit is, but I know where it’s not » : je demande donc aux stagiaires d’oser, de bouger les lignes, de tenter – et donc bien sûr, parfois, de se planter.

*nb : tout lien entre cette question et notre système éducatif fondé sur la sanction de l’erreur plutôt que sur la valorisation de la réponse ne serait pas forcément qu’une coïncidence…

POLITESSE : J’assume le terme, malgré son petit côté désuet. Respect serait plus actuel, mais ça commence par un R… J Il est en tout cas Primordial, dans tout ce qu’il suggère. Car la politesse, c’est tout ce qui va sans dire (mais que l’on répète quand même, au cas où) : la Ponctualité, le silence des téléphones, la participation active aux exercices…

Mais c’est avant tout l’attitude vis-à-vis des autres stagiaires : la capacité d’écouter plus que de se mettre en avant, le non-jugement, et le soutien, si nécessaire. J’interviens sur des sujets où la composante émotionnelle est importante, car il s’agit de changements : or, un process de changement passe souvent par une phase de déséquilibre, dans laquelle on peut avoir besoin d’être accompagné. Avez-vous déjà remarqué les liens forts qui se nouent entre certains participants à l’occasion d’une formation ? Passer des caps ensemble, ça soude…

Dans la politesse, j’inclus aussi ma marotte : les feedbacks. Ce cadeau précieux qui consiste à savoir donner à l’autre ses points forts et ses axes d’amélioration. Cette critique bienveillante et constructive qui permet de progresser. La force d’un stage, c’est souvent la force du groupe : si les participants sont mis en situation de se faire grandir mutuellement, et qu’ils relèvent ce challenge, alors les acquis vont bien au-delà du plan de cours.

PLAISIR : changement de registre. Avec une idée saugrenue : on pourrait donc prendre du plaisir en apprenant ? J’aime en tout cas partager la croyance que c’est possible, que c’est même un élément clé d’apprentissage. Ce plaisir que l’on peut trouver dans la découverte et dans la nouveauté, à condition bien sûr d’accepter l’émotion que peut susciter l’inconnu – et son corolaire, le Plantage (cf ci-dessus). Dans une conférence récente, @GillesMalençon expliquait le préjudice que porte un sentiment tel que la peur sur nos capacités d’apprentissage : quitte à choisir, autant se mettre dans les meilleures dispositions possibles pour profiter au mieux de ce temps que l’on s’accorde ou que l’on nous accorde (dans le cas de formations professionnelles) !

L’hypnose, que je pratique depuis maintenant quelques années, permet notamment de retrouver le contrôle sur nos ressentis, et il est toujours intéressant de communiquer aux stagiaires quelques techniques pour leur permettre d’évacuer tout ce qui n’est pas propice au contexte de la formation.

PERSEVERANCE : « Last but not Least ». La persévérance, ou l’idée d’aller au bout : de la recherche, de l’effort, du cursus. Au bout de soi-même, chacun à son rythme, à son niveau et avec ses moyens. Trop souvent, on a tendance à confondre une formation et son objet : une formation au Management NE FAIT pas un Manager, elle donne simplement des clés et pointe les particularités que chacun devra ensuite travailler pour construire sa posture de Manager. L’implication personnelle est donc nécessaire pendant, mais surtout après un cours, pour mettre en application et développer tout ce qui a été abordé, en le répétant pour l’améliorer, encore et encore.

J’ai rencontré trop d’entreprises qui rechignent à former leurs collaborateurs, sous prétexte que les « retours sur investissement » ne sont pas assez perceptibles : c’est que trop souvent, on considère que la formation est finie à l’issue des 2 ou 3 journées de présence, alors que le travail d’intégration et d’appropriation qui fait grandir ce qui a été semé ne fait que commencer

About sevduhaulehung

Hypnose - Communication - Running
This entry was posted in Communication, Hypnose. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s