L’importance d’avoir un objectif… oui, mais le bon !

Ultraman Hawaï

Le marathon, on connaît. L’ultra-marathon, à savoir une course longue au-dessus de 50km, commence à trouver un échos dans le grand public grâce à des épreuves telles que l’UTMB ou la Diagonale des Fous (160km environ), de plus en plus médiatiques. Passer au triathlon, plus exigeant puisqu’il mixe trois disciplines (natation, vélo et course), est pour un certain nombre de coureurs  une évolution logique – et là encore, cette discipline complète est de plus en plus renommée. Pour les adeptes, l’épreuve reine s’appelle l’ « IronMan », qui consiste à enchaîner 3,8km de natation et  180km de vélo, pour finir sur un marathon. Rien que ça ! Depuis sa création à Honolulu en 1978, cet effort de 9 à parfois plus de 20h de sport d’affilée consacre des athlètes qui s’y préparent pendant des mois.

Et au-delà… il y a l’UltraMan

Parce que certains cherchent à aller toujours au-delà, une poignée d’Hommes de Fer affrontent maintenant un enchainement sur 3 jours :
J1 : 10km de natation (dans l’océan) puis 161km de vélo
J2 : 280km de vélo
J3 : un double marathon, soit 84km de course à pied

Cette épreuve nommée UltraMan vient justement de s’achever : ce dernier week-end de novembre, une petite quarantaine de sportifs de l’extrême ont parcouru les eaux et les routes hawaïennes dans ce défi au-delà de toutes les limites.

L’un d’eux annonce la couleur : « ValentiEstaLoco » (ValentiEstDingue ») filme et commente régulièrement les différentes courses ou épreuves auxquelles il participe, via des vidéos sur Youtube. Et celle de dimanche 30 novembre, postée à l’issue du second jour de l’UltraMan, m’a particulièrement interpelée. Elle est en espagnol, et j’ai eu envie d’en traduire certains passages, car les mots ont résonné avec une notion clé que l’on apprend en hypnose : le plus important, lorsque l’on veut atteindre un but, c’est d’abord de se fixer le bon objectif.

Bien sûr, lorsque l’on atteint de tels niveaux de dépassement de soi, on sait parfaitement que le mental joue un rôle capital. Et l’on imagine bien que le fait d’avoir une focalisation totale sur le but à atteindre est un minimum, notamment pendant les moments de fatigue, de doutes ou de découragement qui ne peuvent pas manquer de se produire sur 515km…

Un “objectif erroné”

Mais le titre de cette vidéo parle de lui-même : « Un objectif erroné ». Comme cela arrive parfois (souvent) en thérapie, l’objectif que l’on croit avoir, celui qui nous paraît évident, n’est en fait pas le bon – et tout le travail de préparation d’une séance d’hypnose consiste à trouver le véritable objectif, celui qui se cache sous les motivations de surface – et celui qui permettra réellement d’insuffler le changement.

A l’arrivée de cette deuxième journée d’épreuves, « ValentiEstaLoco » illustre cette notion avec une spontanéité mêlée de lucidité, et un recul incroyable quand on pense qu’il a déjà plus de 440km derrière lui – mais, qui, probablement, sont une clé chez ce type de sportif qui ne laisse rien au hasard, et se révèle tout, sauf dingue…

Alors en quelques minutes de vidéo, il revisite le cheminement par lequel il est passé, celui qui l’a amené à faire évoluer son objectif afin d’en trouver un plus porteur et plus à même de l’amener au succès. Il trouve dans ce nouvel objectif quelque chose de plus grand, de plus en lien avec « la vie ». Mais il sait aussi modérer son emballement en s’interrogeant, à la fin, sur les risques que cela pourrait représenter.

Toutes les phases de ce que l’on appelle une « détermination d’objectif » sont donc jetées ici pêle-mêle, au terme de 10h17 et quelques 300km, au bout de l’effort…
Pour celles et ceux qui comprennent l’espagnol, la vidéo est disponible ici :
http://youtu.be/1xPpwxWXPOo?list=PLJd2l-IYuk2NpsskAwGn3tHMil0zRNwD4

sinon, en voici la transcription ci-dessous :

“Tout cet UltraMan a été une merde, et ça été une merde parce que je me suis trompé d’objectif. Depuis le tout début, mon objectif était en effet : « Arriver à tout prix, quoi qu’il arrive, sans se prendre trop la tête », et à chaque instant de la course, je pensais « Il faut aller au bout, il faut aller au bout, il faut aller au bout »… Quand tout à coup ton seul objectif est « Il faut que je passe la ligne, il faut que je sois Finisher, etc… » alors ce qui se passe, c’est que quand des obstacles commencent à se mettre l’un après l’autre en travers de ta route, eh bien tu commences à devenir dingue et tu perds de vue ce qui est réellement important.

Et c’est exactement ce qui m’est arrivé aujourd’hui : j’avais à peine atteint le 140ème km sur les 280km qu’il y avait à faire, mais j’avais déjà crevé 3 fois, puis j’ai perdu mon équipe, et j’ai aussi perdu mon chemin ce qui m’a valu de faire 20km de plus… Et quand j’ai perdu mon équipe, non seulement j’étais complètement désorienté mais en plus je me retrouvais sans rien à manger ni à boire, pendant plus d’une heure… Sinon, je suis aussi tombé, comme vous pouvez le voir (nb : il montre le haut de sa cuisse en sang), j’ai un frein qui a cassé, et tout est parti en live… Comme j’avais cet unique objectif en tête : « Je dois arriver à tout prix », dès qu’il m’arrivait un incident, ça me rendait complètement dingue…  Et du coup, je me suis retrouvé 4 ou 5 fois complètement en dehors de la course : pas à cause du temps, mais simplement parce que je pensais que je n’y arriverais pas…

Et soudain, je ne sais pas ce qui m’est passé par la tête, mais ça a été comme un miracle : je me suis rendu compte que si j’étais dans un tel état, c’est que je m’étais trompé d’objectif. L’objectif réel, ça n’était pas de passer la ligne d’arrivée. L’objectif réel c’était de faire face à l’UltraMan, et de faire face à  toutes les particularités, tous les incidents, toutes les épreuves et tous les problèmes que j’allais y rencontrer !! Au final, un UltraMan, c’est comme dans la vie : le sujet n’est pas de savoir si on va perdre un proche, si on va perdre son job ou si on va se faire plaquer, la vraie question, c’est de savoir comment, à chaque fois qu’une telle merde t’arrive, tu vas pouvoir la dépasser…

Et ça, je ne m’en étais jamais rendu compte avant aujourd’hui.

Et quand tout à coup ça m’a traversé l’esprit, aux environs du 140ème kilomètre, alors je me suis dis : « F..k, il peut encore se passer pleins de choses, mais peu importe, j’y arriverai ».  Et je suis reparti, et au final, ben j’y suis arrivé. Et quand j’ai réalisé que c’était ça le vrai objectif : non pas arriver, mais continuer, et continuer, et continuer quoi qu’il arrive, alors ça a complètement changé ma manière de voir les choses. Ce type de course, ça t’oblige à aller au fond de toi et ça te transforme – je ne sais pas si c’est pour le meilleur ou le pire, mais quand j’ai eu cette idée, alors d’un coup je me suis senti comme invincible. Quoi qu’il m’arrive, que je casse quelque chose, que je tombe ou autre, je me relève et je continue à pédaler. Et rien ne pourra m’arrêter.

Mais le fait de m’être senti aussi intouchable et aussi « puissant » à ce moment là m’a aussi déplu quelque part, car je crois avoir un peu « tué » la part d’enfant qui était en moi, ce Valenti qui pleurait et tapait des pieds pendant que j’en bavais et que je m’énervais. Parce que tout à coup c’est un Valenti plus adulte et plus mûr qui disait : « Ok, on se calme, on avance, on va y arriver ». Mais je ne sais pas encore si tout ça est  vraiment bon ou pas… […]
Parce que je crois qu’aujourd’hui j’ai appris quelque chose, mais je crois aussi que j’ai perdu quelque chose : j’ai perdu un peu d’innocence. Et j’espère que toute cette douleur, toute cette souffrance que j’ai endurée, vont me servir à quelque chose, et pas seulement à me forger une carapace, parce que si c’était le cas alors je deviendrais moins humain et ça, ça ne me plairait pas du tout… »

Ce matin, les réseaux sociaux ont relayé la suite de l’histoire : à l’issue du double marathon qui clôture la dernière journée, Valenti a franchi, en larmes, la ligne d’arrivée.

About sevduhaulehung

Hypnose - Communication - Running
This entry was posted in Course à pied, Hypnose, Running. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s